Le Choucas est un cas... rare*
24/02/2003

LE CHOUCAS
Lax
(scénario et dessin)

Ami, entends-tu

Dupuis Repérages 5 tomes parus
46 p / 9,10 euros

LE CHOUCAS
Tout d'abord, un petit rappel biblio. Le Choucas est né à l'aube du troisième millénaire sous la plume et le crayon de Lax. "Le Choucas rapplique" en janvier (2001 !), "Le Choucas s'incruste" et "Le Choucas enfonce le clou" en février. Il prend ensuite un rythme de croisière normal avec "Le Choucas n'en mène pas large" en 2002 et "Le Choucas met le feu aux poudres" en 2003. Une mise en place rapide qui permet d'avoir une vue d'ensemble sur une série ayant atteint sa vitesse de croisière.

Dès le premier album on s'aperçoit que le héros n'est ni Maigret, ni Superman. S'il fallait lui chercher une filiation, on pencherait vers le Nestor Burma de Léo Malet. Ils ont effectivement un certain nombre de points communs. Tous les deux sont des marginaux, des laissés pour compte de la société. Tous les deux courent après l'argent pour boucler des fins de mois difficiles. Tous les deux ont le cur sur la main et font passer l'amitié avant tout le reste. Oui, il y a similitude, et non, Le Choucas n'est pas un clone de son illustre prédécesseur.
A la différence de Nestor, ce n'est pas un anarchiste bourgeois. Il ne joue pas du saxo, ne cite pas les grands classiques, n'a pas de secrétaire (merci, Hélène !).

Essai de couleurs planche 4 / Tome 1
Lax © dupuis, 2000.

Il est brut de fonderie et s'il fallait lui trouver une conscience politique ce serait du côté de la gauche et de la Série Noire qu'il adore. Le Choucas est un homme du peuple dans la cinquantaine, un ouvrier au chômage et ses états d'âme sont assez réduits.

Crayonné planche 3 / Tome 3

Lax © dupuis, 2000.

Il est devenu détective privé faute de mieux, il ne l'a pas cherché, lui si désarmé devant la méchanceté des autres. Quand son patron le fiche à la porte, en se foutant de sa gueule, par-dessus le marché, il n'a pas de mouvement de révolte. C'est le pauvre type anéanti par le sort, la souris qui est écrasée par une montagne. Ses efforts maladroits pour se réintégrer dans la société sont voués à l'échec. Il va finir SDF sous les ponts. Finie la comédie

Eh, non ! Il lui reste la conscience brutale que son destin est injuste. Appelons cela de l'orgueil. Il relève la tête, il est tombé si bas que plus rien ou presque ne peut lui arriver. Il aurait pu virer truand mais sa conscience et une profonde honnêteté le lui interdisent. Il sera donc privé, voire fouille-merde. Avec son costard noir, (le seul convenable), sa chemise jaune et sa gueule marquée et une voix que l'on devine cassée par les épreuves, il incarne brillamment l'oiseau qui lui a donné son nom. Ce n'est pas un prédateur mais un nettoyeur discret (?) des poubelles de notre société.

Longue vie au Choucas et qu'il reste longtemps cet idéaliste paumé qui nous fait chaud au cur.

Bernard Reversat

Aquarelle préparatoire planche 25 / Tome 3

Lax © dupuis,
2000.

. .

.

* Cuvée Série Noire pour le titre. On en reste de marbre.